Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Nous, Allemands, nous avons confiance en la France. Tribune du ministre allemand des Affaires Étrangères Frank-Walter Steinmeier

20.03.2015 - Interview

Tribune du ministre allemand des Affaires Étrangères Frank-Walter Steinmeier publiée dans le journal Les Echos (20 mars 2015).

Tribune du ministre allemand des Affaires Étrangères Frank-Walter Steinmeier publiée dans le journal Les Echos (20 mars 2015).

***

Dernièrement, en feuilletant mon agenda, j’ai pu constater que pratiquement chaque semaine, parfois chaque jour, j’avais eu un entretien avec Laurent Fabius et que nous avions eu chaque mois un rendez-vous ou un déplacement conjoint. Cela montre bien l’intensité actuelle des efforts conjugués de nos deux diplomaties pour gérer les conflits et crises autour de nous. Et cela montre aussi que le partenariat avec la France fait partie de l’ADN de la politique allemande. J’ai vécu les terribles attentats de Paris comme si j’étais français, un sentiment qu’illustrait bien le cri de ralliement de beaucoup d’Allemands : « Nous sommes tous Charlie. »

Ces attentats avaient pour cible nos valeurs fondamentales : la liberté, l’autodétermination, la tolérance, la coexistence pacifique des peuples et des religions. Défendre ces valeurs est un engagement qui unit l’Allemagne et la France, une leçon et une mission héritées de notre passé. Nous opposer ensemble avec détermination à la discrimination, l’antisémitisme et le racisme constitue également à mes yeux un devoir historique. Laurent Fabius et moi entendons poursuivre notre engagement.

Face à la crise ukrainienne, la France et l’Allemagne oeuvrent depuis le premier jour pour une issue pacifique. Lors de nos nombreux déplacements conjoints à Kiev et à Moscou, et en étroite coopération avec nos partenaires européens, nous recherchons des possibilités d’instaurer dans ce pays un cessez-le-feu durable et de créer les conditions nécessaires à un avenir pacifique.

Côte à côte, nous faisons front contre le terrorisme au Proche et au Moyen-Orient. En Afrique, nous nous appliquons à promouvoir une approche intégrée en matière de stabilisation et de développement. L’Allemagne et la France travaillent à améliorer la coopération avec les voisins du sud et de l’est de l’Union européenne. C’était également le but de la visite que nous avons effectuée en Tunisie, en Géorgie et en Moldavie.

L’Union européenne reste le fondement de la coopération franco-allemande ; elle est la source de notre force. C’est pourquoi il est important de démasquer les tentatives de manipulation des populistes qui visent à affaiblir l’Europe et affirment que les Etats sont plus forts seuls qu’en agissant de concert au sein de l’Union européenne.

Nos possibilités d’agir en politique étrangère sont étroitement liées au développement économique. L’Allemagne devra faire face à moyen et long terme à des défis fondamentaux tels que la transition énergétique, la révolution numérique et les changements démographiques. La faible natalité dans notre pays réduit nos perspectives de croissance et de prospérité. De plus, nous avons un retard à combler au niveau des investissements dans le maintien de nos infrastructures.

La France nous fournit des exemples à suivre pour ce qui est du soutien aux familles, de la prise en charge des enfants et de l’équilibre entre famille et vie professionnelle, mais aussi en matière d’efficacité des Le point de vue de Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères d’Allemagne infrastructures de transport. La France a engagé un processus de réforme difficile qui doit assurer sa viabilité future. Ayant participé à ce processus en Allemagne, je sais combien il est dur de mettre en oeuvre de véritables réformes structurelles. Politiques, entreprises et travailleurs, tous ont dû y contribuer. Et il nous a bien fallu reconnaître que ces efforts ne portaient pas leurs fruits tout de suite. Courage, détermination et persévérance sont nécessaires pour mener à bien des réformes. Mais cela en vaut la peine. Les réformes en voie de réalisation en France et les autres projets du gouvernement génèrent la croissance. Et la croissance génère des emplois et de meilleurs salaires. Je suis convaincu que la France est sur la bonne voie et qu’elle mérite la confiance de ses partenaires européens.

Le Conseil des ministres franco-allemand se tiendra dans quelques jours à peine à Berlin. Nous voulons poursuivre notre concertation et voir où et comment nous pouvons affermir encore notre position, dans l’intérêt des citoyens et pour une France forte, une Allemagne forte et un couple franco-allemand fort.

Verwandte Inhalte

Schlagworte

nach oben