Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Heiko Maas au sujet de la situation en Éthiopie

04.11.2021 - Communiqué de presse

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré aujourd’hui au sujet de la situation en Éthiopie :

Un an après avoir éclaté, le conflit qui se joue dans le nord de l’Éthiopie s’envenime de manière dramatique. Toutes les parties prenantes doivent cesser immédiatement les combats. L’Allemagne continue de s’engager aux côtés de ses partenaires internationaux pour mener des négociations et rechercher une solution pacifique au conflit.

Le Front de libération du peuple du Tigré et ses alliés, parmi lesquels se trouve l’Armée de libération oromo, doivent mettre fin à leur offensive sans délai. Le gouvernement éthiopien doit interrompre ses frappes aériennes et cesser ses appels à la mobilisation. Les discours haineux à caractère ethnique nuisent gravement à l’unité de l’Éthiopie.

La souffrance humaine dans les régions du Tigré, Amhara et Afar a pris des dimensions absolument catastrophiques avec la crise humanitaire qui s’accroît. Les travailleurs et travailleuses humanitaires ont plus que jamais besoin de disposer d’un accès illimité afin de poursuivre leur travail qui permet de sauver des vies.

Nous saluons la publication conjointe d’un rapport d’enquête par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme et la Commission éthiopienne des droits humains. Les graves violations des droits de l’homme décrites dans le rapport ne doivent pas demeurer sans conséquences. Elles doivent être analysées dans le cadre de procédures transparentes, conformes aux principes de l’état de droit.

Contexte :

À la date du 4 novembre, le conflit dans le nord de l’Éthiopie dure depuis un an, sans qu’une solution pacifique soit en vue. Le gouvernement éthiopien a décrété l’état d’urgence national le 2 novembre suite à des frappes aériennes perpétrées par le gouvernement au Tigré ainsi qu’à une avancée des forces de défense du Tigré dans les régions Amhara et Afar au cours des derniers jours. La mobilisation générale, le ton de plus en plus envenimé et la propagation ciblée de fausses informations attisent encore plus le conflit et exacerbent les craintes concernant l’avenir et l’unité de l’Éthiopie.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) et la Commission éthiopienne des droits humains (CEDH) ont publié le 3 novembre un rapport conjoint concernant les violations des droits de l'homme et autres violations du droit international au Tigré. Ce rapport couvre la période allant du 3 novembre 2020 au 28 juin 2021.

Le gouvernement fédéral s’est engagé très tôt auprès du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en faveur de l’élaboration de ce rapport. 42 États se sont joints à l’initiative allemande. La commission d'enquête conjointe du HCDH et de la CEDH a été soutenue par le gouvernement fédéral à hauteur de 100 000 euros.

Retour en haut de page