Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Pas de paix sans les femmes : le nouveau plan national pour la mise en œuvre du programme « Femmes, paix et sécurité » au menu du conseil des ministres

24.02.2021 - Article

Le nouveau plan d’action national pour la mise en œuvre du programme « Femmes, paix et sécurité » est examiné aujourd’hui en conseil des ministres fédéral. L’objectif : renforcer encore la participation des femmes aux processus de paix.

Troisième plan d’action du gouvernement fédéral pour la mise en œuvre de la résolution 1325

En adoptant la résolution 1325 en octobre 2000, le Conseil de sécurité des Nations Unies a souligné le rôle important des femmes dans les processus de paix. Depuis cette date, l’Allemagne a poursuivi son engagement à l’échelle mondiale en faveur de la mise en œuvre du programme « Femmes, paix et sécurité » : dans les régions en crise, au sein des organisations multilatérales et à l’échelon régional.

Le conseil des ministres fédéral adopte aujourd’hui le troisième plan d’action du gouvernement fédéral pour la mise en œuvre du programme. Ce plan d’action s’articule autour de six grands axes, l’objectif étant de progresser dans les quatre domaines prioritaires du programme, à savoir la prévention des crises, la participation des femmes aux processus de paix, la protection contre les violences sexuelles ainsi que le soutien apporté aux rescapées et le renforcement de la participation des femmes à la résolution des crises. En outre, le programme doit être renforcé et mieux connu, dans le monde et en Allemagne. Par ailleurs, les structures existant en Allemagne doivent également être examinées afin d’ancrer encore davantage le programme en question dans le travail du gouvernement fédéral.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a souligné :

On ne pourra garantir que les accords bénéficient au même titre aux femmes et aux hommes qu’à partir du moment où tous participeront sur un pied d’égalité aux processus de paix. C’est pourquoi l’une des priorités de notre politique étrangère est d’assurer une plus grande participation des femmes aux processus de paix et de combattre les violences sexuelles dans les conflits.

Un engagement pour la paix en dehors de la table de négociation

Ensemble contre les violences sexuelles : avec l’aide de l’Allemagne, l’organisation camerounaise HOFNA aide les femmes dans le nord du pays et les personnes déplacées dans d’autres régions du pays à se construire une vie indépendante et autonome
Ensemble contre les violences sexuelles : avec l’aide de l’Allemagne, l’organisation camerounaise HOFNA aide les femmes dans le nord du pays et les personnes déplacées dans d’autres régions du pays à se construire une vie indépendante et autonome© HOFNA

Dans de nombreuses régions en crise, les femmes fournissent depuis longtemps déjà un travail important dans les processus de paix, et pourtant ce travail est souvent ignoré. Les femmes négocient avec les milices afin d’obtenir la libération de leurs enfants. Elles créent des zones sécurisées dans les régions en crise afin de protéger leur communauté. Elles négocient aussi l’aménagement de couloirs humanitaires afin d’assurer l’approvisionnement en denrées alimentaires, souvent longtemps avant l’arrivée des organisations humanitaires.

Toutes ces situations contrastent fortement avec les négociations de paix formelles où les femmes ne jouent aujourd’hui encore aucun rôle officiel dans la plupart des cas. Entre 1992 et 2019, en moyenne seulement 13 % des négociateurs étaient des femmes, alors que des enquêtes montrent qu’une participation féminine augmente les chances de parvenir à une paix durable et conduit à des accords contenant plus de dispositions dont les femmes et les hommes tirent profit dans une même mesure.

Résolution 1325 à la base du programme « Femmes, paix et sécurité »

Lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies adopte enfin, en 2000, la résolution 1325 qui porte sur le rôle des femmes dans les processus de paix et de sécurité, beaucoup saluent cette décision jugée sensationnelle. C’est en effet la première fois que le Conseil de sécurité confirme le caractère indispensable de la participation des femmes à l’instauration et au maintien de la paix. La prévention des conflits, les processus de paix et le relèvement post-conflit sont ainsi considérés comme des droits des femmes et donc des droits humains. Mieux encore : pour la première fois, le Conseil de sécurité précise que la violence sexuelle et sexiste n’est pas un effet secondaire incontournable des guerres mais un crime qui demande à être systématiquement empêché et puni.

Au fil des ans, les résolutions 1820, 1888, 1889, 1960, 2106, 2122 et 2242 adoptées ultérieurement, ainsi que les résolutions 2467 et 2493 soumises par l’Allemagne, sont venues concrétiser cette première résolution.

Un engagement multilatéral pour les femmes, la paix et la sécurité

À l’échelon international, le programme « Femmes, paix et sécurité » a également occupé une place cruciale dans le mandat de l’Allemagne au Conseil de sécurité en 2019-2020. Sous la présidence allemande, la résolution 2467 a pu être adoptée en avril 2019 ; cette résolution appelle à soutenir les rescapées de violences sexuelles et à amener les auteurs de ces violences à rendre des comptes.

Des réseaux en Afrique et en Amérique latine

Des membres du Réseau des femmes leaders africaines (AWLN) réunies en conférence à l’occasion de l’ « Année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées » en 2019
Des membres du Réseau des femmes leaders africaines (AWLN) réunies en conférence à l’occasion de l’ « Année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées » en 2019© Verlaine Soobroydoo

L’Allemagne s’engage également en dehors du contexte onusien pour le programme « Femmes, paix et sécurité ». En tant que co-initiatrice du Réseau des femmes leaders africaines (« African Women Leaders Network »), l’Allemagne s’emploie à promouvoir le rôle des femmes dans le processus de transformation des pays africains, notamment dans les domaines de la gouvernance, de la paix et de la stabilité. Le réseau germano-latino-américain Unidas créé en 2019 soutient lui aussi des projets féministes d’organisations latino-américaines et favorise leur mise en réseau.

Action dans les régions en crise

Dans les contextes de crise, l’Allemagne renforce la participation politique des femmes par exemple par l’intermédiaire du Fonds pour les femmes, la paix et l’action humanitaire (Women’s Peace and Humanitarian Fund), dans lequel l’Allemagne, en tant que deuxième bailleur de fonds, a une large influence. Par ailleurs, elle coopère avec la population civile locale afin de prévenir la violence à caractère sexiste et de mieux soutenir les rescapées. Elle contribue, par exemple, aux côtés d’un grand nombre de partenaires de projet comme la Fondation Mukwege, medica mondiale, l’Organisation internationale pour les migrations (OMI) et le projet All Survivors, au soutien médical et psychosocial des rescapées de violences sexuelles.

Plus d’informations (en allemand)

Troisième plan d’action du gouvernement fédéral pour la mise en œuvre du programme « Femmes, paix et sécurité » du Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2021-2024

Rapport sur l’application du Plan d’action du gouvernement fédéral pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité pour la période 2017-2020

Plan d’action du gouvernement fédéral pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité pour la période 2017-2020

Retour en haut de page