Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Journée mondiale de l’alimentation : œuvrer pour la sécurité alimentaire et la paix

690 millions de personnes dans le monde souffrent de sous-alimentation

690 millions de personnes dans le monde souffrent de sous-alimentation, © UNAMID / Albert González Farran

19.10.2020 - Article

690 millions de personnes dans le monde souffrent de sous-alimentation. Le ministère fédéral des Affaires étrangères fournit 627 millions d’euros au titre de l’aide alimentaire pour 2020 : pour pouvoir assurer la paix et la stabilité, il est impératif de garantir l’alimentation.

690 millions de personnes souffrent de sous-alimentation

Actuellement, 690 millions de personnes de par le monde sont sous-alimentées : tel est le résultat auquel aboutit l’indice de la faim dans le monde publié tout récemment. L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud sont les régions les plus durement touchées. En 2000, la communauté internationale s’était fixé pour objectif de vaincre la faim dans le monde, ce qui constitue également un objectif majeur de l’aide humanitaire. Car la sécurité alimentaire et la paix sont indissociablement liées. La stabilité politique ne peut être assurée qu’à partir du moment où les populations mangent à leur faim.

Dans les années 2000, le nombre de personnes souffrant de la faim avait tout d’abord baissé constamment jusqu’à atteindre son niveau le plus bas en 2015. Mais depuis, le nombre de personnes concernées ne fait à nouveau qu’augmenter en raison des conflits violents et des phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents liés au changement climatique, phénomènes qui détruisent les récoltes et les champs et interrompent les chaînes d’approvisionnement. Le COVID-19 risque maintenant d’aggraver encore la situation.

Le ministère fédéral des Affaires étrangères débloque 627 millions d’euros pour l’aide alimentaire

Soutien apporté par la Welthungerhilfe au Burundi
Soutien apporté par la Welthungerhilfe au Burundi© Welthungerhilfe

Cette année, le ministère fédéral des Affaires étrangères a déjà fourni 627 millions d’euros au titre de l’aide alimentaire. Cet argent permet de soutenir des organisations humanitaires des Nations Unies, le mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ainsi que des ONG humanitaires.

Un projet au Burundi bénéficie par exemple d’un soutien à hauteur de 800 000 euros. Dans la région burundaise de Kirundo, plus de 284 000 personnes sont tributaires de l’aide humanitaire. De nombreux habitants de cette région n’ont pas accès à la terre qui leur permettrait de se nourrir, et nombreux sont ceux qui doivent fuir ou sont victimes de déplacements forcés. Lorsqu’ils ont accès à la terre, les méthodes agricoles sont souvent inefficaces.

C’est là qu’intervient l’ONG allemande Welthungerhilfe. Son projet dans la province de Kirundo est destiné d’une part à ceux qui n’ont pas accès à la terre. Leur sont procurés des denrées alimentaires, un appui financier et de l’aide pour rechercher du travail. Les bénéficiaires sont avant tout les personnes qui ont été chassées de leur foyer et qui rentrent maintenant au Burundi des camps de réfugiés au Rwanda et en Tanzanie. D’autre part, le projet concerne aussi les personnes qui ont accès à la terre : des semences de meilleure qualité leur sont fournies et des formations ciblées leur permettent d’améliorer la production agricole.

L’Allemagne, deuxième bailleur de fonds du PAM

En tant que deuxième donateur du Programme alimentaire mondial (PAM), l’Allemagne contribue à court terme à sauver des vies et à long terme à vaincre la faim. Pour la seule année 2020, l’Allemagne a soutenu jusqu’ici à hauteur de 542 millions d’euros cette organisation qui a reçu récemment le prix Nobel de la paix.

À propos de cette distinction, le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré :

Le Programme alimentaire mondial incarne la responsabilité de la communauté internationale envers chaque vie humaine. Son engagement sans relâche permet de sauver chaque jour des millions de personnes de la faim et de la malnutrition.

Retour en haut de page