Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Heiko Maas et son invité Jean-Yves Le Drian ont de nombreux projets communs

Heiko Maas et Jean-Yves Le Drian

Heiko Maas et Jean-Yves Le Drian, © Florian Gaertner/photothek.net

23.06.2020 - Article

Lors de leur première rencontre personnelle après la pause due au coronavirus, les deux ministres des Affaires étrangères ont réaffirmé que l’amitié franco-allemande faisait particulièrement ses preuves en période de crise mondiale.

Le lien unissant l’Allemagne et la France est devenu encore plus étroit depuis le début de la crise du coronavirus. En effet, Heiko Maas et son homologue Jean-Yves Le Drian se concertent chaque semaine au téléphone sur les thèmes urgents en matière de politique étrangère et adoptent des positions communes. Cependant, rien de tout cela ne saurait remplacer une rencontre personnelle, telle qu’elle a eu lieu aujourd’hui pour la première fois depuis le début de la crise. Dans le cadre de cette rencontre qui s’est déroulée vendredi dans la villa Borsig au bord du lac de Tegel, le chef de la diplomatie allemande a une nouvelle fois présenté les priorités de la présidence allemande du Conseil de l’UE qui débutera le 1er juillet :

Avec notre proposition franco-allemande, nous avons non seulement donné une première impulsion, mais également préparé le terrain pour un compromis. Cette proposition de la France et de l’Allemagne constitue un signal important, car cela prouve que quand nos deux pays coopèrent, il est ensuite plus facile de convaincre les autres – ce à quoi nous allons désormais nous atteler.

Pour le ministre allemand, une chose est claire : en Europe, il y a toujours de nombreux regards qui se tournent vers le couple franco-allemand. Toutefois, dans les trois prochaines années, notre coopération sera encore plus essentielle, étant donné que la France assumera à son tour la présidence du Conseil en 2022. Afin d’organiser cette coopération à long terme, les deux pays souhaitent se coordonner étroitement en ce qui concerne leur programme.

Conseil de sécurité de l’ONU : défendre le multilatéralisme

Il n’y a pas qu’en Europe que les défis à relever sont énormes :

Au mois de juillet commencera le deuxième mois de présidence de l’Allemagne au Conseil de sécurité des Nations Unies – directement après la présidence française. Dans ce cadre également, l’Allemagne et la France ont des priorités communes. En ces temps difficiles, il est d’autant plus important pour l’Allemagne d’avoir un partenaire comme la France à ses côtés pour mieux présenter au Conseil de sécurité les dossiers qu’elle souhaite traiter. Le principal objectif de l’Allemagne et de la France est de défendre le multilatéralisme et de renforcer l’ordre international fondé sur des règles. Le lien entre climat et sécurité, l’engagement commun en faveur des droits de l’homme et du droit international humanitaire ainsi que la relation entre la santé et la sécurité figurent au centre des préoccupations.

Libye : espoir de négociations en format 5+5

Les deux ministres des Affaires étrangères sont bien d’accord : c’est une bonne chose que les deux parties en conflit se soient maintenant déclarées être prêtes à négocier directement dans le contexte des négociations en format 5+5. Ce qui compte désormais, c’est que ces paroles se transforment en actes. Pour ce faire, les ingérences et la fourniture d’armes venant de l’étranger doivent cesser le plus vite possible et les habitants de la Libye doivent enfin pouvoir décider eux-mêmes de leur avenir, dans un pays souverain et intact eu égard à son territoire. Ce faisant, la solution doit être politique et non pas militaire.

Retour en haut de page