Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Retour à une Europe ouverte : entretien du ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, avec ses homologues de l’UE

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, pendant la conférence de presse sur les voyages touristiques en Europe

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, pendant la conférence de presse sur les voyages touristiques en Europe, © Thomas Imo/photothek.net

19.05.2020 - Article

Les ministres des Affaires étrangères des 10 pays de destination européens les plus importants pour les voyageurs en provenance d’Allemagne conviennent d’une approche coordonnée et progressive.

La pandémie de coronavirus continue de sévir dans le monde, tandis que l’Europe enregistre une diminution du nombre de personnes contaminées et rouvre ses premières frontières. Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a rencontré samedi son collègue luxembourgeois sur le pont frontalier qui sépare l’Allemagne du Luxembourg à Schengen afin d’annoncer avec lui la fin des contrôles entre leurs deux pays. Cette première étape devrait être suivie de nombreuses autres. Deux questions essentielles se posent : à partir de quand pourra-t-on de nouveau voyager au sein de l’Union européenne ? À quoi ressemblera le tourisme cet été ?

Tourisme dans l’UE : possible mais soumis à des restrictions

Après avoir consulté dans la matinée l’Association de voyage allemande (Deutscher Reiseverband), Heiko Maas s’est réuni avec ses homologues italien, espagnol, autrichien, maltais, portugais, slovène, grec, bulgare, croate et chypriote.

Nous nous sommes concertés sur les moyens de parvenir de manière progressive et coordonnée au rétablissement de la libre circulation des personnes en Europe. Cela constitue en effet la condition préalable à la suspension des avertissements pour les voyageurs et à une reprise progressive des activités touristiques en Europe.

Le paquet de la Commission européenne sur le tourisme a servi de base à ces consultations. M. Maas et ses homologues ont saisi cette occasion pour mettre en œuvre le paquet de mesures et définir de manière plus précise les étapes de la réouverture tant attendue des frontières. De manière concrète, leurs discussions d’aujourd’hui ont porté sur la normalisation du trafic transfrontalier, l’annulation de l’obligation de quarantaine ainsi que sur les normes de sécurité et d’hygiène dans les régions touristiques. L’objectif est de remplacer, à partir du 15 juin, l’avertissement mondial aux voyageurs lancé par le ministère fédéral des Affaires étrangères par des conseils différenciés. Il n’en reste pas moins que des restrictions devront s’appliquer partout et que, cette année, il ne pourra pas y avoir de vacances « normales » en Europe.

Le document final adopté (en anglais) peut être consulté sur le site suivant

Un juste équilibre doit être trouvé entre une coordination étroite et suffisamment de flexibilité selon l’évolution du taux d’infection

Une chose est claire : de nombreux pays européens sont fortement tributaires du tourisme estival – notamment de la visite des voyageurs allemands. C’est la raison pour laquelle ces pays souhaitent que des solutions soient rapidement trouvées.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré :

Nous ne voulons pas que les Européens se livrent à une surenchère pour attirer le plus de touristes possible. Nous recherchons au contraire une approche concertée et transparente qui soit compréhensible et acceptable par tous en Europe.

En tant que champion du monde du tourisme, l’Allemagne est investie d’une responsabilité particulière. Dans le même temps, l’évolution du nombre d’infections représente le facteur décisif pour l’ouverture de l’Europe, étant précisé que le nombre d’infections peut varier considérablement au niveau tant national que régional. Il est donc probable que des différenciations seront nécessaires. Il s’agit, par conséquent, de s’entendre sur des règles communes et non de mettre en place, d’un seul coup, une liberté complète de circulation. Pour le moment, un retour rapide à la normale n’est pas possible sur l’ensemble du territoire européen.

L’Allemagne et les principaux pays de destination souhaitent que des vacances estivales soient possibles en Europe, sous réserve de respecter certaines conditions. Ces vacances doivent être prévisibles, abordables et surtout sûres. Les pays européens ont franchi aujourd’hui une étape importante vers cet objectif. Heiko Maas discutera mercredi de cette question avec les États voisins immédiats de l’Allemagne dans le cadre de la deuxième partie du Dialogue de voisinage.

Retour en haut de page