Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La présidence allemande du Conseil de l’Union européenne entend lutter contre le coronavirus et s’atteler aux questions d’avenir

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas, © Felix Zahn/photothek.net

29.04.2020 - Article

La présidence allemande du Conseil de l’Union européenne, qui débute le 1er juillet 2020, redéfinit ses priorités.

Le gouvernement fédéral entend avancer dans la lutte contre le virus et dans la relance économique en Europe, tout en progressant dans les domaines de la protection du climat, de la transformation numérique et du budget européen.

Une présidence ciblée sur le coronavirus mais qui maintient les grandes priorités : c’est dans cette optique que le conseil des ministres fédéral a discuté aujourd’hui de la redéfinition du contenu de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. Aux yeux du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas, une chose est certaine :

Très nombreux sont ceux qui attendent de l’Allemagne qu’elle endosse ce leadership en tant qu’honnête intermédiaire.  La voie à suivre est claire : l’intégration européenne doit sortir renforcée de la crise du coronavirus.

L’ordre du jour concernant le coronavirus est long et urgent : il porte sur la stratégie de sortie, la reprise économique en Europe et le renforcement de la cohésion sociale. Le gouvernement fédéral souhaite tirer les bons enseignements de la pandémie et rendre l’Europe plus résiliente. Pour que l’Europe puisse se remettre sur le plan économique, deux choses sont importantes : outre les mesures de stabilisation actuellement mises en œuvre, un important programme de redressement économique et social est nécessaire via un budget européen ajusté et un fonds de relance.

Les questions d’avenir toujours à l’ordre du jour  

Le coronavirus ne relègue pas au second plan les questions d'avenir stratégiques, au contraire : la lutte contre le changement climatique et la transformation numérique restent inscrites en haut de l’ordre du jour de la présidence allemande. Les relations futures avec le Royaume-Uni doivent également être clarifiées si possible d’ici à la fin de l’année 2020, ce qui constitue un grand défi vu le nombre de questions en suspens.

Un trio et la Commission

Les efforts déployés par l’Allemagne sont étroitement liés au programme de la Commission européenne. Dans les semaines à venir, cette dernière présentera son programme de travail revu, une bonne base sur laquelle fixer les projets allemands. À partir du mois de juillet, l’Allemagne formera avec la Slovénie et le Portugal le « trio de présidences » de l’Union européenne. Cet après-midi, le chef de la diplomatie allemande a eu un entretien vidéo avec son homologue slovène. Ils partageaient le même point de vue : face à la crise du coronavirus, le « trio » doit, lui aussi, considérablement s’adapter et cibler ses priorités. L’enjeu consiste à optimiser la gestion de crise et à œuvrer ensemble avec détermination à la reprise économique.

Retour en haut de page