Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Un an de traité d’Aix-la-Chapelle : l’Allemagne et la France coopèrent encore plus étroitement

Heiko Maas et son homologue français, Jean-Yves Le Drian

Heiko Maas et son homologue français, Jean-Yves Le Drian, © Felix Zahn/photothek.net

23.01.2020 - Article

Depuis sa signature, le gouvernement fédéral fait avancer de manière ambitieuse la mise en œuvre du nouveau traité d’amitié, par exemple dans le domaine de la coopération transfrontalière ou en augmentant le nombre d’échanges de jeunes.

Une année franco-allemande chargée et intense a succédé à la signature du traité d’Aix-la-Chapelle par les deux gouvernements dans la salle de couronnement de l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle le 22 janvier 2019. « Mettre notre amitié au service d’une Europe forte et capable d’agir » : c’est ainsi que le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, décrivit à ce moment-là l’objectif du traité. Un an plus tard, sa mise en œuvre avance à grands pas ; aujourd’hui, il entre officiellement en vigueur.

À ce sujet, le chef de la diplomatie allemande a déclaré :

Depuis la signature du traité d’Aix-la-Chapelle il y a un an, l’Allemagne et la France ont accompli beaucoup de choses ensemble : d’une coopération plus étroite dans la région frontalière à des initiatives communes en faveur d’une alliance pour le multilatéralisme, en passant par une augmentation du nombre d’échanges de jeunes. C’est à ces projets que je souhaite continuer à œuvrer avec Jean-Yves Le Drian.

Coopération sans frontières

Aujourd’hui, à l’occasion du premier anniversaire du traité d’Aix-la-Chapelle, le comité franco-allemand de coopération transfrontalière se réunit pour la première fois au château de Hambach, sous la direction du ministre adjoint chargé des affaires européennes, Michael Roth, et de son homologue française, Amélie de Montchalin, réalisant ainsi l’un des principaux projets du traité. Les deux pays souhaitent réunir l’expertise des régions frontalières, des Länder ainsi que leur expertise au niveau national afin de trouver plus facilement des solutions communes. Les obstacles bureaucratiques doivent être levés et les réseaux de transport et d’énergie doivent être mieux liés.

Plus d’échanges de jeunes, un dialogue plus ouvert

L’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) soutient chaque année plus de 9 000 programmes destinés aux jeunes âgés entre 3 et 30 ans. Dans le cadre du traité d’Aix-la-Chapelle, le budget va encore être augmenté. De cette façon, l’Allemagne et la France pourront créer davantage d’offres pour permettre aux jeunes citoyens français et allemands de faire connaissance. Un nouveau Fonds citoyen permettra à de nombreux Allemands et Français engagés de postuler pour la réalisation de projets concrets.

Le Forum pour l’avenir franco-allemand convenu dans le traité commencera prochainement ses travaux. Il servira de plateforme de dialogue pour que les citoyens et les experts puissent échanger sur les grands processus de transformation sociétaux, économiques et environnementaux.

Une équipe forte pour l’Europe et le monde

En 2019, un point d’ancrage important de la coopération franco-allemande était la coordination des programmes des présidences successives française et allemande du Conseil de sécurité en mars et avril 2019. Des projets communs sont à nouveau prévus pendant les présidences successives en juin et juillet 2020. L’Allemagne et la France s’engagent également côte à côte dans le domaine de la diplomatie culturelle à l’échelle internationale : partout dans le monde, les deux gouvernements font avancer la création d’instituts culturels communs en tant que plateformes de coopération culturelle européenne. À Bagdad, le Goethe-Institut commencera ses activités sous le toit de l’Institut français. Des instituts culturels conjoints ouvriront leurs portes à Rio de Janeiro et à Palerme en 2020.

Retour en haut de page