Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Protéger les droits de l’homme dans les chaînes d’approvisionnement mondiales

Des ouvrières dans une usine de textile

Des ouvrières dans une usine de textile, © Godong

06.11.2019 - Article

L’économie allemande est connectée à l’échelle mondiale. Il est donc important que les droits de l’homme soient respectés dans les chaînes d’approvisionnement.

Des expertes et experts se sont réunis aujourd’hui au ministère fédéral des Affaires étrangères pour échanger sur les possibilités des ambassades allemandes d’aider sur place les entreprises à y contribuer.

Parmi les États du G7 (Allemagne, Canada, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, États-Unis), l’Allemagne est l’économie la plus ouverte. Le volume des échanges commerciaux extérieurs, c’est-à-dire la part des exportations et importations par rapport au produit intérieur brut, représente en Allemagne près de 70 pour cent. Les grandes entreprises allemandes travaillent avec des réseaux d’approvisionnement mondiaux comprenant parfois plusieurs dizaines de milliers de partenaires commerciaux. L’Allemagne est donc une grande bénéficiaire de la mondialisation. Mais cela implique notamment une responsabilité particulière en ce qui concerne sa participation à la durabilité sociale et écologique à l’échelle mondiale.

Plan national d’action pour les entreprises et les droits de l’homme

Le plan national d’action pour les entreprises et les droits de l’homme est un instrument essentiel du gouvernement fédéral pour exhorter les entreprises allemandes à respecter les droits de l’homme dans les chaînes d’approvisionnement. D’ici à 2020, au moins la moitié des entreprises en Allemagne comptant plus de 500 employés devront avoir intégré dans leurs processus des éléments du plan d’action afin de mettre en œuvre la politique de vigilance en matière de droits de l’homme.

Compte tenu de l’interdépendance mondiale des entreprises allemandes, le respect des droits de l’homme dans les chaînes d’approvisionnement revêt une très grande importance. En particulier dans les États où ces droits ne sont pas assez protégés, la tâche sera d’autant plus exigeante pour les entreprises. Je salue vivement les échanges au sujet des aides sur-mesure à l’étranger ainsi que la création de réseau d’experts.
Bärbel Kofler, déléguée du gouvernement fédéral à la politique des droits de l’homme et à l’aide humanitaire

Le gouvernement fédéral soutient les entreprises dans cette voie et vérifie en même temps que la politique de vigilance en matière de droits de l’homme est appliquée dans la pratique. Tel a été l’objet du vaste suivi (« monitoring ») du plan d’action dont la première enquête s’est terminée fin octobre 2019.

Les représentations à l’étranger conseillent et soutiennent les entreprises sur les questions des droits de l’homme

Conjointement avec les chambres de commerce et d’industrie à l’étranger et Germany Trade and Invest (Société pour le commerce extérieur et la promotion des investissements étrangers en Allemagne), les représentations allemandes à l’étranger conseillent régulièrement les entreprises allemandes à l’étranger sur les évolutions importantes du point de vue économique. Aujourd’hui, les questions des droits de l’homme occupent une place centrale dans cette activité de conseil. Dans le pays hôte, les ambassades allemandes mettent en contact les partenaires qui connaissent très bien la situation des droits de l’homme sur place, et les entreprises dans le but de prévenir ou de réduire les risques des entreprises.

Création de réseaux d’experts

Michaela Spaeth, directrice de l’économie et des droits de l’homme au ministère fédéral des Affaires étrangères, et des participantes et participants de la conférence (5 novembre 2019)
Michaela Spaeth, directrice de l’économie et des droits de l’homme au ministère fédéral des Affaires étrangères, et des participantes et participants de la conférence (5 novembre 2019)© Ministère fédéral des Affaires étrangères

Plus d’une soixantaine de représentantes et représentants d’ambassades, de chambres de commerce et d’industrie, d’organisations non gouvernementales et d’associations économiques se sont réunis aujourd’hui au ministère fédéral des Affaires étrangères pour discuter des possibilités de la diplomatie de soutenir encore davantage les entreprises allemandes à l’étranger dans la mise en œuvre du plan national d’action pour les entreprises et les droits de l’homme. La déléguée du gouvernement fédéral à la politique des droits de l’homme et à l’aide humanitaire au ministère fédéral des Affaires étrangères, Bärbel Kofler, a rappelé lors de l’ouverture de la conférence que les entreprises avaient une responsabilité en la matière.

C’est la raison pour laquelle des représentants syndicaux, des juristes et des experts pour la création de valeur locale venant notamment d’Inde, du Mexique et d’Afrique du Sud ont été invités à participer à un échange au ministère fédéral des Affaires étrangères. Cependant, comme l’a expliqué, la directrice de l’économie et des droits de l’homme au ministère fédéral des Affaires étrangères, Michaela Spaeth, il n’existe pas de solution standard pour les réseaux ayant vocation soutenir la mise en œuvre du plan d’action à l’étranger. Suivant le problème, le produit ou le domaine concerné, les partenaires doivent se trouver au cas par cas. Entre autres, les représentantes et représentants des ambassades d’Allemagne aux Philippines, au Pérou, au Ghana ou au Viet Nam présenteront les aides que peuvent apporter les représentations allemandes à l’étranger.

Retour en haut de page