Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Partenaires pour les défis d’aujourd’hui et de demain : visite du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas au Canada

La banquise devant Iqaluit sur le territoire du Nunavut dans le nord du Canada

La banquise devant Iqaluit sur le territoire du Nunavut dans le nord du Canada, © The Canadian Press

14.08.2019 - Article

Le déplacement de Heiko Maas à Toronto et au Nunavut, territoire limitrophe de l’Arctique, sera placé principalement sous le signe du multilatéralisme et du changement climatique, deux sujets qui préoccupent autant l’Allemagne que le Canada.

Partenaires pour un ordre international fondé sur des règles

À Toronto, Heiko Maas rencontrera son homologue canadienne, Chrystia Freeland. Conscients que les développements mondiaux comme le changement climatique, le terrorisme ou la numérisation ne peuvent pas être maîtrisés en faisant cavalier seul, l’Allemagne et le Canada partagent le même engagement pour un ordre international fondé sur des règles et le maintien d’approches et de structures multilatérales. Le Canada a ainsi rejoint l’alliance des multilatéralistes créée par le chef de la diplomatie allemande. Dans le cadre d’une conférence-débat, M. Maas et Mme Freeland discuteront des possibilités de relever ensemble les défis de l’avenir à travers la diplomatie et le renforcement des liens entre les États partageant les mêmes idées.

Cela inclut des efforts de numérisation et des progrès technologiques. Lors de leur visite à l’Institut Vecteur pour l’intelligence artificielle, les ministres des Affaires étrangères s’informeront sur l’état de la recherche ainsi que sur les possibilités d’applications commerciales et la coopération germano-canadienne dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Effets perceptibles du changement climatique

Lors de sa visite, Heiko Maas se rendra aux confins de l’Arctique, notamment sur le territoire du Nunavut dans le nord du Canada. Les effets du changement climatique sont particulièrement perceptibles dans cette région : le réchauffement de l’Arctique est deux fois plus rapide que dans le reste du monde. Dans le nord du Canada, les températures ont déjà augmenté de 2,3°C par rapport au niveau de l’ère préindustrielle. Cela a de fortes répercussions sur les conditions de vie de la population locale principalement composée du groupe autochtone des Inuits. À Iqaluit, la capitale du territoire, le ministre fédéral des Affaires étrangères rencontrera des représentants du gouvernement, de la société civile et des chercheurs de l’Institut de recherche du Nunavut pour discuter des effets du changement climatique sur le territoire du Nunavut.

Le changement climatique, un défi pour la politique de sécurité

Le changement climatique confronte l’Arctique à de nouveaux défis notamment dans le domaine de la politique de sécurité. Le recul de la banquise et le progrès technique suscitent de nouveaux intérêts économiques, des revendications territoriales des États riverains et une présence militaire grandissante. L’Allemagne souhaite s’engager davantage pour l’élargissement de la coopération internationale fondée sur des règles et pour une protection systématique du climat et de l’environnement dans l’Arctique. Le gouvernement fédéral présentera prochainement ses nouvelles lignes directrices pour l’Arctique.

Le climat et la sécurité font partie des priorités de la présidence allemande du Conseil de sécurité en 2019-2020. En août 2018, l’Allemagne a créé avec la République de Nauru le groupe d’amis «  Climat et sécurité  » des Nations Unies. Le Canada est l’un des 48 membres.

Retour en haut de page