Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La déléguée du gouvernement fédéral à la politique des droits de l’homme et à l’aide humanitaire

Bärbel Kofler © Michael Gottschalk/photothek.net

Bärbel Kofler, © Bärbel Kofler

06.04.2017 - Article

Droits de l’homme et aide humanitaire : ces deux thèmes sont au cœur de l’engagement de la déléguée du gouvernement fédéral Bärbel Kofler.

La protection des droits de l’homme et la mobilisation en faveur de leur respect dans le monde entier constituent l’un des piliers majeurs de la politique étrangère de l’Allemagne. Dans cet objectif, l’engagement international du gouvernement fédéral réside en priorité non seulement dans l’instauration d’un cadre institutionnel et politique, au plan international, pour les droits de l’homme mais avant tout dans la protection des personnes menacées ou victimes de violations de leurs droits.

Cela signifie très concrètement dans la pratique que la protection des droits de l’homme incombe à tous les domaines de la politique. Aider les droits de l’homme à s’imposer sert les intérêts premiers de la politique allemande. En effet, nous ne pouvons avoir de relations pacifiques durables qu’avec des États stables et, à long terme, le respect des droits de l’homme fondamentaux est le garant de la stabilité.

C’est dans ce contexte qu’a été créé en novembre 1998 le poste de délégué du gouvernement fédéral à la politique des droits de l’homme et à l’aide humanitaire au ministère fédéral des Affaires étrangères. Depuis le 1er mars 2016, Bärbel Kofler occupe ce poste.

Missions

La déléguée est l’interlocutrice pour les questions relevant de la politique des droits de l’homme et de l’aide humanitaire. Elle est notamment chargée de suivre les évolutions politiques et de soumettre des propositions au ministre fédéral des Affaires étrangères sur l’élaboration de la politique allemande dans ces domaines.

Dans le cadre de ses attributions, elle est en relation avec de nombreuses autres institutions actives dans l’un de ces champs d’activité.

Parmi ces institutions figurent

  • les autres ministères,
  • le Bundestag,
  • les groupes parlementaires du Bundestag,
  • les Länder,
  • le comité de coordination de l’aide humanitaire,
  • les fondations politiques et privées et
  • les organisations non gouvernementales.

Renforcer la protection internationale des droits de l’homme

Afin d’organiser avec succès la politique des droits de l’homme à l’échelon international, il est important d’entretenir régulièrement des contacts avec les organes de l’UE, de l’OSCE, du Conseil de l’Europe et des Nations Unies chargés de la protection des droits de l’homme ou des questions relatives à l’aide humanitaire. La déléguée est très engagée dans ces forums, de même qu’elle est très active dans les sessions du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, où elle est à la tête de la délégation allemande.

Intégrer la société civile

La politique des droits de l’homme nécessite, encore plus que d’autres domaines de la politique, la participation active et continue de la société civile. La déléguée sert ici d’interface entre le gouvernement et la société civile, d’une part par sa participation aux débats nationaux et internationaux sur les droits de l’homme, et d’autre part par son travail au sein des institutions et des organismes internationaux qui œuvrent en faveur de la protection des droits de l’homme.

Protection des droits de l’homme en Allemagne

Le domaine de compétences de la déléguée à la politique des droits de l’homme et à l’aide humanitaire comprend la participation à l’élaboration de la politique des droits de l’homme dans les relations extérieures. Il n’est pas de son ressort de répondre aux plaintes individuelles qui lui sont adressées sur d’éventuelles violations des droits de l’homme commises en Allemagne, d’émettre des recommandations à ce sujet ou de formuler des réclamations. La déléguée n’exerce pas la fonction de médiatrice.

La protection des droits de l’homme individuels en Allemagne incombe par principe aux tribunaux. Le système juridique allemand prévoit de manière générale que toute personne doit et peut, en cas de violation de ses droits, les faire valoir devant les tribunaux. L’article 19, alinéa 4, de la Loi fondamentale garantit à cet effet l’accès à un recours juridictionnel.

En Allemagne, il existe, outre les tribunaux, une multitude d’organisations et d’organismes publics et privés qui s’engagent pour la protection des droits de l’homme. Les instances de recours et les interlocuteurs sont par exemple des commissions de pétitions ou des médiateurs, qui portent souvent le nom de « ombudsman ». À l’échelon européen, il existe également des structures médiatrices équivalentes.

Aide humanitaire

Contrairement à la coopération au développement à long terme, l’aide humanitaire est une aide fournie en cas d’urgence et de catastrophe, destinée à sauver des vies et à soulager la souffrance humaine. L’engagement pour l’aide humanitaire est, au même titre que celui pour les droits de l’homme, un élément important de la politique étrangère allemande. Il est inscrit dans la Constitution allemande, tout comme l'attachement à la dignité de l’homme. Les personnes en détresse sont au cœur de cet engagement.

Anciens délégués

  • Christoph Strässer (janvier 2014 - février 2016)
  • Markus Löning (avril 2010 - janvier 2014),
  • Günter Nooke (mars 2006 - mars 2010),
  • Tom Koenigs (janvier 2005 - février 2006),
  • Gerd Poppe (1998 - 2003)

Autres contenus

Née le 24 mai 1967 à Freilassing 1983 Diplôme « Mittlere Reife » De 1983 à 1986 Apprentissage dans une banque Depuis 1986 Appartenance syndicale : actuellement GEW (Syndicat de l’éducation et des…

Curriculum vitae de Bärbel Kofler

© CIDAL (Facebook et Twitter)
Facebook et Twitter© CIDAL (Facebook et Twitter)
Retour en haut de page