Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Heiko Maas reçoit son homologue pakistanais Shah Mehmood Qureshi à Berlin

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas rencontre son homologue pakistanais Shah Mehmood Qureshi

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas rencontre son homologue pakistanais Shah Mehmood Qureshi, © Florian Gaertner/photothek.net

13.04.2021 - Article

Soixante-dix ans après l’engagement des relations diplomatiques entre les deux pays, le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, visite l’Allemagne, du 11 au 13 avril. Pays limitrophe de l’Afghanistan, le Pakistan joue un rôle important pour la stabilité en Asie du Sud.

En octobre 1951, le Pakistan fut parmi les premiers pays à reconnaître la République fédérale d’Allemagne, toute jeune alors, sur le plan diplomatique. Aujourd’hui, l’Allemagne est le premier partenaire commercial du Pakistan dans l’UE. Pour l’Allemagne, le Pakistan est un partenaire important eu égard à un règlement politique du conflit en Afghanistan. Le Pakistan joue un rôle important concernant la stabilité régionale en Asie du Sud. Aussi, la situation politique et sécuritaire dans la région était au cœur des entretiens entre les deux ministres, à côté de questions relatives à la coopération bilatérale, soixante-dix ans après l’engagement des relations diplomatiques entre l’Allemagne et le Pakistan.

Un acteur important en Afghanistan

Le Pakistan entretient des liens étroits sur les plans sociétal et culturel avec son voisin, l’Afghanistan. Le conflit qui déchire ce pays depuis des décennies représente un lourd fardeau pour la stabilité et le développement au Pakistan également. Ainsi, le Pakistan abrite quelque 2,5 millions de réfugiés et de migrants afghans. Tout comme l’Allemagne, le Pakistan a un intérêt immédiat à ce que le conflit en Afghanistan trouve une solution politique. À plusieurs reprises, le Pakistan a fait part de sa volonté d’y contribuer. Notamment, le pays a favorisé la tenue des pourparlers de paix qui ont lieu actuellement à Doha. L’Allemagne apporte, elle aussi, un soutien actif à ces pourparlers. Afin de ne pas compromettre les pourparlers de paix entre la République islamique d’Afghanistan et les Talibans, il est impératif de réduire la violence dans le pays, appel déjà lancé plusieurs fois par le Pakistan également.

Des signaux de détente dans la relation difficile avec l’Inde

Depuis la fondation de l’Inde et du Pakistan après la Seconde Guerre mondiale, les relations entre les deux pays sont marquées par la rivalité et la méfiance. Surtout, quatre guerres ont laissé des traces profondes dans la mémoire collective des deux côtés de la frontière, en partie contestée. C’est pourquoi le rapprochement progressif qui a lieu actuellement entre les deux pays est tout sauf évident. La rhétorique aiguë des dernières années a fait place récemment à un échange respectueux entre les deux dirigeants. Le 25 février, les commandements militaires des deux pays sont convenus en outre, dorénavant, de respecter strictement le cessez-le-feu, établi depuis longtemps déjà sur le papier, le long de la ligne de contrôle qui sépare au Cachemire les territoires administrés par l’Inde de ceux sous administration pakistanaise. Il s’agit maintenant de bâtir sur ces signaux de paix, prudents mais encourageants.

Diversité et défis multiples

Avec environ 220 millions d’habitants, le Pakistan est le cinquième plus grand pays du monde et se caractérise par une multitude d’ethnies différentes. Comparé à d’autres pays d’Asie du Sud, le tourisme n’y est pas encore très développé, mais le pays possède des monuments historiques impressionnants datant de l’époque grecque à celle des Moghols, ainsi qu’un paysage de montagne sauvage et romantique au nord avec le K2, deuxième sommet de la terre.

En même temps, le Pakistan fait face à des défis multiples, parmi lesquels une forte croissance démographique, des menaces émanant de différents groupements terroristes ainsi que les effets du changement climatique. La vie au Pakistan est aussi marquée par les tensions récurrentes entre les différents groupes religieux, attisées parfois par des campagnes de haine publiques. Souvent, les minorités religieuses ne sont pas suffisamment protégées et la sévère loi sur le blasphème, formulée en partie de manière ambiguë, est régulièrement employée à des fins abusives. Ces questions font aussi l’objet d’un échange régulier entre le gouvernement fédéral et le gouvernement pakistanais.

 

Retour en haut de page