Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

75e anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie

La vieille ville de Varsovie

La vieille ville de Varsovie, © dpa

01.08.2019 - Article

La répression de l’insurrection symbolise jusqu’à nos jours les crimes inconcevables commis par les Allemands et la soif de liberté de la nation polonaise. Le ministre fédéral des Affaires étrangères, Heiko Maas, se rend en Pologne pour les commémorations de ce 75e anniversaire.

Résistance et destruction

Parmi les innombrables théâtres des crimes allemands perpétrés durant la Seconde Guerre mondiale, Varsovie occupe une place particulière. Par deux fois, des révoltes contre l’inhumaine occupation nazie éclatèrent dans la capitale polonaise. Par deux fois, ces insurrections furent brutalement réprimées. Le 19 avril 1943, les habitants du ghetto de Varsovie furent les premiers à se soulever pour empêcher leur déportation imminente. Pendant près d’un mois, les groupes à peine armés opposèrent une résistance farouche aux unités allemandes des SS et de la Wehrmacht.

Inspirée par cet exemple, l’armée de l’intérieur polonaise se souleva à son tour le 1er août 1944 contre l’occupation allemande. Les troupes allemandes ne parvinrent à écraser la révolte qu’après 63 jours et, contrairement à leur attente, avec de lourdes pertes. Pratiquement toute la ville fut ensuite rasée, et entre 150 000 et 200 000 personnes furent tuées pendant l’insurrection. Dans le seul quartier de Wola, les troupes allemandes massacrèrent entre 30 000 et 50 000 personnes.

Reconstruction et vision du futur

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la capitale presque entièrement détruite fut reconstruite au prix d’un effort énorme. La métropole européenne moderne d’aujourd’hui vit le jour sur les décombres de l’ancienne Varsovie détruite. Outre la mémoire du passé, l’hommage rendu au travail accompli et la vision du futur sont donc au centre des célébrations du 75e anniversaire de l’insurrection. Heiko Maas représentera l’Allemagne aux commémorations, un «  grand signe de confiance  », a‑t‑il souligné, au vu des crimes inconcevables commis par les Allemands en Pologne.

La force de résistance et le courage manifestés par la Pologne face à l’occupation allemande en 1944 témoignent d’une immense soif de liberté et d’autodétermination. La Pologne et Varsovie en particulier ont réussi à se reconstruire par leurs propres moyens après la guerre, ce qui suscite en moi un grand respect et une profonde humilité, a déclaré le ministre allemand.

Aux côtés de son homologue polonais Jacek Czaputowicz, M. Maas déposera une gerbe au pied du monument de l’insurrection de Varsovie et se rendra à Wola, théâtre du massacre d’alors. Une visite commune du musée de l’insurrection de Varsovie figure également au programme. Les deux ministres s’efforcent en particulier de contribuer à ce que le souvenir des atrocités du passé ne s’efface pas mais puisse être une passerelle vers l’avenir. Pour ce faire, ils ont lancé ensemble «  menschen gedenken  », un projet de rencontre des élèves des deux pays.

Retour en haut de page