Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Afrique et l’Europe en dialogue pour prévenir les crises

Le président fédéral, Frank-Walter Steinmeier, lors de la discussion au PeaceLab d’Addis-Abeba

Le président fédéral, Frank-Walter Steinmeier, lors de la discussion au PeaceLab d’Addis-Abeba, © Ministère fédéral des Affaires étrangères

06.02.2019 - Article

Lors de leur discussion avec le président fédéral Frank-Walter Steinmeier, les experts d’Afrique et d’Europe ont été unanimes : la prévention des crises a besoin de plus d’autocritique et de direction politique.

Des scientifiques de l’Institute for Peace and Security Studies (IPSS) de l’Université d’Addis-Abeba, des représentants de groupes de réflexion et de l’Union africaine, des activistes de paix ainsi que des diplomates ont discuté avec le président fédéral, Frank-Walter Steinmeier, de l’identification précoce et de la prévention des crises.

Que peuvent apprendre l’Europe et l’Afrique l’une de l’autre ? Telle a été question centrale du débat.

Les participants du PeaceLab discutent de l’identification précoce et de la prévention des crises
Les participants du PeaceLab discutent de l’identification précoce et de la prévention des crises© Ministère fédéral des Affaires étrangères

À l’issue des échanges au PeaceLab d’Addis-Abeba, les participants ont unanimement conclu que les sensibilités politiques représentaient le plus grand obstacle dans la prévention des crises. Les gouvernements ont tendance à ignorer les dysfonctionnements et ne veulent souvent pas les admettre. Au lieu d’aborder le potentiel de conflit de manière offensive, autocritique et confiante, ils ont généralement le réflexe classique de la défense en avant.

La discussion a également mis en lumière des exemples positifs qui ont permis de désamorcer la situation, comme en Gambie ou au Burkina Faso. Il a été essentiel ici de pouvoir s’appuyer sur un réseau de dirigeants régionaux et d’avoir la volonté politique d’agir.

Il est également apparu que la prévention des crises ne peut réussir que dans un cadre multilatéral. C’est ce qu’a également souligné le président fédéral, Frank-Walter Steinmeier, qui a remercié les participants en exprimant clairement son attachement au multilatéralisme et à la prévention des crises.

Retour en haut de page