Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Diplomatie scientifique

09.11.2020 - Article

La mobilité universitaire et les coopérations scientifiques jouent un rôle sans cesse croissant. La diplomatie scientifique allemande contribue activement à façonner cette mise en réseau et s’engage à l’échelle mondiale pour la liberté de la science et de la recherche.

Relever ensemble les défis planétaires

Partenariats universitaires internationaux, doubles filières, programmes d’échanges universitaires : les établissements d’enseignement supérieur et les organismes scientifiques sont de plus en plus nombreux à faire partie de ce réseau mondial. De fait, seule une coopération avec des partenaires internationaux peut permettre de faire face à des enjeux planétaires comme la paix, le changement climatique et les pandémies.

En tant que pays de l’innovation, de la science et de la recherche, l’Allemagne participe activement à ce réseau : la diplomatie scientifique renforce le cadre de la coopération et des échanges internationaux et confirme l’Allemagne en tant que site d’innovation et d’excellence.

Mobilité universitaire et coopérations scientifiques

Les programmes d’études destinés à promouvoir les séjours d’étudiants et de scientifiques étrangers en Allemagne constituent l’un des aspects cruciaux de la politique scientifique et universitaire étrangère. Le ministère fédéral des Affaires étrangères fournit à ses organismes de relais, sur le budget fédéral, les ressources nécessaires à la réalisation de ces mesures ; la directive du ministère fédéral des Affaires étrangères relative aux bourses d’études (Stipendienrichtlinie) définit à l’annexe 1 le montant et l’organisation des bourses.

L’Office allemand d’échanges universitaires (DAAD) et la Fondation Alexander von Humboldt (AvH), par exemple, accordent des bourses ou un soutien pour les programmes scientifiques. Tous deux coopèrent pour cela étroitement avec les représentations allemandes à l’étranger et développent notamment de vastes projets de soutien comme le programme de bourses « Leadership for Africa », qui permet aux jeunes talents originaires des pays accueillant de nombreux réfugiés de venir faire un Master en Allemagne.

Au‑delà des programmes de bourses, l’Allemagne encourage également des partenariats universitaires mondiaux. «  Hochschulkompass » (Boussole universitaire), la base de données en ligne de la Conférence des recteurs allemands (HRK), indique environ 37 000 coopérations entre plus de 5 400 universités partenaires dans plus de 150 pays. Ces coopérations ont également abouti à la création à l’étranger de doubles filières et d’universités bi‑nationales telles que l’Université germano-kazakhe d’Almaty, l’Université allemande du Caire ou l’Université germano-turque d’Istanbul.

Parmi les projets phares de la coopération scientifique entre l’Allemagne et des pays partenaires, on mentionnera également les centres de recherche et d’enseignement d’excellence du DAAD ou les centres spécialisés du DAAD en Afrique. Ainsi, le centre germano-colombien pour la paix (CAPAZ) contribue, par son accompagnement interdisciplinaire en matière scientifique et son assistance-conseil dans le domaine politique, à consolider la paix en Colombie.

Liberté scientifique et perspectives d’avenir universitaires

Des chercheurs dans un laboratoire
Des chercheurs dans un laboratoire© Thomas Ebert/DAAD

La diplomatie scientifique allemande met l’accent avant tout sur la protection des scientifiques en danger. En collaboration avec la fondation Alexander von Humboldt, le ministère fédéral des Affaires étrangères a lancé l’initiative Philipp Schwartz, un programme spécial visant à assurer l’accueil et l’intégration en Allemagne de scientifiques en danger.

Un autre objectif central du gouvernement fédéral consiste à offrir aux jeunes et aux scientifiques diplômés des perspectives scientifiques et universitaires en temps de crise et dans les régions en conflit. L’éducation et l’échange peuvent en effet aider à surmonter la détresse et les crises. Les programmes et mesures destinés aux réfugiés sur place permettent justement de soulager le fardeau des pays de premier accueil, d’ouvrir des opportunités sur le marché du travail et d’empêcher les mouvements secondaires. En coopération avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le Programme allemand Albert Einstein de bourses universitaires pour les réfugiés (DAFI), qui est subventionné par le ministère fédéral des Affaires étrangères, donne depuis près de 30 ans aux réfugiés la possibilité d’étudier dans un pays Tiers.

L’Allemagne, pays de recherche et d’innovation

La promotion de la coopération internationale est pour l’Allemagne, en tant que pays de technologies de pointe, un élément essentiel de toute stratégie d’avenir, laquelle englobe également une commercialisation intensive du paysage d’études et de recherche allemand. En tant que « vitrine » et présentation commune permanente des organismes scientifiques allemands, les maisons allemandes de la science et de l’innovation (DWIH) de New York, Tokyo, São Paulo, New Delhi et Moscou ont vocation à faire connaître et connecter sur place l’innovation made in Germany.

 

Autres contenus

Retour en haut de page